Hemond & Soucy Genealogy
First Name:  Last Name: 
[Advanced Search]  [Surnames]

SOUCISSE, Theodore Joseph Elphege Georges[1]

Male 1931 - 2002  (70 years)


Personal Information    |    Media    |    Sources    |    All

  • Name SOUCISSE, Theodore Joseph Elphege Georges 
    Born 24 Sep 1931 
    Gender Male 
    Died 27 Jan 2002  Montreal, Quebec, Canada Find all individuals with events at this location 
    Person ID I6919  Hemond and Soucy Families | Descendants - Isaac Emond & Marie Garineau, Descendants – Francois Hazeur, Sieur du Marais, Descendants - Jean Soucy dit Lavigne & Jeanne Sauvenier
    Last Modified 17 Apr 2015 

    Father SOUCISSE, Joseph Jr.,   b. 22 Feb 1898, Franklin Center, Quebec, Canada Find all individuals with events at this location,   d. 8 Jul 1950, Montreal, Quebec, Canada Find all individuals with events at this location  (Age 52 years) 
    Mother LAZURE, Eva,   b. 5 Mar 1900, Howick, Quebec, Canada Find all individuals with events at this location,   d. 4 Jul 1977, Pointe-Claire, Quebec, Canada Find all individuals with events at this location  (Age 77 years) 
    Married 23 Apr 1918  Saint-Willibrord, Verdun, Quebec, Canada Find all individuals with events at this location  [2
    Histories
    Oui, les mariages entre cousins germains sont légaux et ... normaux
    Oui, les mariages entre cousins germains sont légaux et ... normaux
    La Presse, Montréal, 4 aout 1993
    Family ID F5  Group Sheet

    Family LEDU, J. 
    Children 
    +1. SOUCISSE, D.
    +2. SOUCISSE, A.
    +3. SOUCISSE, Y.
    +4. SOUCISSE, M.
    Last Modified 1 Jan 2017 
    Family ID F3708  Group Sheet

  • Press Clippings
    La Presse, Montreal, Nov. 18, 1967
    La Presse, Montreal, Nov. 18, 1967
    Une femme de Verdun est poignardee en presentant "la separation" a son mari

  • Sources 
    1. [S836] Une femme de Verdun est poignardée en présentant "la séparation" à son mari, (La Presse, Montreal, November 18, 1967, p. 8).
      Une femme de Verdun est poignardée en présentant "la séparation" à son mari

      Mme Antoine Soucisse, âgée de 32 ans, du 5657 avenue Verdun, à Verdun, venait tout juste de remettre à son mari une copie d'un jugement de la Cour supérieure, l'enjoignant de quitter le domicile commun jusqu' à la fin des procédures de la cause de séparation de corps qui était en cours, quand son mari la frappa d'un coup de couteau en pleine poitrine.

      Ce sont les déclarations qu'a faites Antoine Soucisse, âgé de 32 ans, alors qu'il était appelé à déposer, hier à l'enquête du coroner qui se déroulait sous la présidence de Me. Laurin Lapointe.

      Soucisse, qui était détenu sous un mandat du coroner depuis le 9 novembre dernier, journée du meurtre, a été tenu criminellement responsable de la mort de sa femme.

      Par suite de ce verdict, le détenu devait comparaître ce matin pour répondre à une accusation de meurtre qualifié.

      Témoignant sous la protection de la cour, Antoine Soucisse devait révéler qu'il avait passé la nuit du 8 au 9 novembre à travailler dans la cuisine et qu'il ne s'était pas couché. Dans l'avant-midi, il avait effectué quelques déplacement pour affaires et était revenu chez lui vers midi et demi.

      "Avant d'entrer, a-t-il dit, j'ai rencontré les enfants sur les marches de l'escalier et ils m'ont demandé de l'argent pour se procurer des effets scolaires. En entrant, j'ai vu ma femme qui lavait la vaisselle et je lui ai demandé si j'avais du courrier. Elle m'a remis un papier de la cour me demandant de quitter les lieux."

      Le témoin déclare qu' à ce moment, il a dit à sa femme: "Tu as fait du beau travail". Il ajoute qu'il avait un couteau dans les mains et qu'il se dirigeait vers le réfrigérateur pour prendre du salami.

      Il y aurait eu quelques paroles d’échangées après quoi Soucisse déclare avoir poussé sa femme avec le couteau. Il ajoute qu'il s'est alors sauvé en courant et qu'il s'est rendu dans une banque de Greenfield Park pour y déposer des chèques..

      "En sortant de la banque, déclare le témoin, j'ai téléphoné à mon frère pour lui demander de s'occuper des enfants et lui dire que je venais de tuer ma femme".

      Invité à prendre place dans le box, M. Théo Soucisse devait corroborer le témoignage de son frère sur la question du téléphone. Il ajoute qu'après avoir reçu l'appel, il est allé voir le directeur de l'école fréquentée par les enfants pour lui demander de les retenir à l'école.

      Le témoin déclare qu'il s'est ensuite rendu au poste de police où il a rencontré le détective Arthur Roussi.


    2. [S670] Mariages de la paroisse St-Willibrord de Verdun 1913-1941, SGCF, 929.37142 B57.101..