Hemond & Soucy Genealogy
First Name:  Last Name: 
[Advanced Search]  [Surnames]

Histories

» Show All     «Prev «1 ... 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ... 28» Next»     » Slide Show

Contrat de mariage - Hyacinthe Haymond et Véronique Gauthier

Par devant le notaire Public du District de Montréal en la Province de québec résident à Soulanges soussigné & témoins en fin nommés, furent présents Hyacinthe Haymond fils majeur de Sr Jean‑Baptiste Haymond, et Dame Angélique Moineau, ses père et mère résident à Vaudreuil, stipulant pour lui & en son nom d'une part;

Contrat de mariage Hyacinthe Haymond et Véronique Gauthier

  Par devant le notaire Public du District de Montréal en la Province de québec résident à Soulanges soussigné & témoins en fin nommés, furent présents Hyacinthe Haymond fils majeur de Sr Jean‑Baptiste Haymond, et Dame Angélique Moineau, ses père et mère résident à Vaudreuil, stipulant pour lui & en son nom d'une part;

  Et le Sieur Antoine Gauthier et Dame Marie-Anne Séguin, son épouse de lui autorisée, résidents au même lieu, stipulant pour Dlle Véronique Gau­thier, leur fille àgée d'environ dix‑huit ans à ce présente et de son con­sentement d'autre par

  Lesquelles parties, en la présence, de l'avis et consentement de leurs parents et amis ci‑après nommés, savoir de la part du dit futur époux assis­ée du dit Sieur Jean‑Baptiste Haymond son père et de la dite Dame Angélique Moineau sa mère, Dame Angélique Haymond, sa soeur, Sr  Joseph Haymond son on­cle, Toussaint & Thérèse Haymond, cousin et cousine, Dlle Josephe Moineau, Dame Marie‑Amable Genus, épouse de Sieur François Lalonde, Dame Félicité La­londe, épouse du Sr Charles Normand, et Paschal Lefebvre, François Boyer et Paul Bourbonnais, amis et amies

  Et de la part de la dite Dlle future épouse assistée du dit Sr Antoine Gauthier et de la dite Dame Marie‑Anne Séguin ses père et mère, Pierre Antoine Gauthier son frère; les Dlles Rose et Angélique Gauthier ses soeurs, le Sr Amable Gauthier, Paul Sabourin, Louis Lefebvre, et Joseph‑Amable Gauthier fils, ses oncles, Dame Véronique Séguin sa tante, et Dame Marguerite‑Brigite Lalonde, sa cousine.

  Ont volontairement reconnu & confessé avoir fait ensemble les conventions de mariage ci‑après savoir que les dits Sr Hyacinthe Haymond et la dite Dlle Véronique Gauthier de l'agrément de leurs parents et amis ci‑dessus nommés ont promis et promettent se prendre l'un et l'autre pour mari et femme en légitime mariage et icelui faire célébrer en face de notre mère la Sainte Eglise Romaine aussitôt que l'un d'eux en requérira l'autre; pour être com­muns en tous biens, meubles, acquêts & conquêts, immeubles, suivant et au désir de la coutume de Paris, de tous temps suivie en cette province, sous laquelle leur dite communauté sera régie et gouvernée, encore qu'ils fissent ci‑après leur demeure ou des acquisitions en pays de lois et coutumes contrai­res, auxquelles ils ont exprés­sement dérogé et renoncé.

  Ne seront tenus des dettes l'un de l'autre créées avant leur mariage, et s'il s'en trouve elles seront payées et acquittées par et sur les biens de celui ou celle qui les aura faites & créées, sans que l'autre ni ses biens en soient aucunement tenus.

  Les dits futurs époux se prennent aussi avec leurs biens & droits à cha­cun d'eux appartenant échus et à échoir de part & d'autre.

  Le dit futur époux a déclaré qu'il a à lui appartenant une terre de la contenance de un arpent et demi de front, sur quarante arpents de profon­deur, sise au dit lieu de Vaudreuil avec les bâtiments dessus construits, tenant par devant au bord du fleuve St‑Laurent, par-derrière aux terres de la nouvelle côte du dit lieu, d'un côté à Louis Daoust et d'autre à Joa­chim Genus, fils. Laquelle terre est avenue au dit futur époux par acte de donation que lui en ont fait ses père & mère passé devant le notaire sous­signé, l'an & jour y contenus à charge d'une rente et pension viagère; à raison de quoi il ameublit la susdite terre et bâtiments, et entend que le tout entre de plein droit dans la dite future communauté de même que si elle eut été acquise pendant le dit futur mariage

  En considération duquel futur mariage le dit Sieur Antoine Gauthier et la dite Dame Marie‑Anne Séguin son épouse, promettent de livrer à la dite Dlle future épouse leur fille le lendemain de la célébration du dit mariage en avancement d'hoiries de leurs futures successions un lit de plume couvert de cottis avec tout sa garniture excepté les rideaux, une vache prenant trois ans.

  Le dit futur époux a doué et doue la dite future épouse de la somme de mille livres ou anciens schilings de cette province de douaire préfix, une fois payé à prendre sitôt que douaire aura lieu sur tous les plus clairs et apparents biens, meubles & à immeubles présents et à venir du dit futur époux, sur lesquels elle aura son hypothèque spéciale et privilégiée à compter de ce jour, sans qu'elle soit tenue d'en faire demande en justice.

  Le préciput sera égal et réciproque en faveur du survivant de la somme de cinq cents livres ou schilings susdits qu'il prendra en deniers comptant ou en meubles à son choix suivant la prisée de l'inventaire qui en sera fait hors part et sans criée, avec son lit garni, ses hardes et linges à son usage, armes, bagues et joyaux.

  Arrivant la dissolution de la dite communauté par le décès du dit futur époux ou autrement, sera loisible à la dite future épouse et aux enfants qui naîtront du dit mariage d'accepter la dite communauté ou d'y renoncer, et en y renonçant, de reprendre franchement, quitte tout ce qu'elle aura apporté au dit mariage, avec tout ce qui lui sera avenu et échu pendant icelui par succes­sions, dona­tions, legs testamentaires ou autrement, avec les douaires & préciput ci‑après stipulés, sans être tenue d'aucune dette ni hypothèque de la dite communauté quoiqu'elle y eût parlé, s'y fût obligée, ou y eût été condamnée auxquels cas elle et ses dits enfants seront acquittés & indemnisés par et sur les biens du dit futur époux sur lesquels, elle aura son hypothèque à compter de ce jour.

  En contemplation du dit futur mariage et pour la sincère amitié que les dits futurs époux se portent l'un à l'autre, voulant s'en donner des marques évidentes, ils se sont fait & font par ces présentes donation pure et simple, entrevif, et irrévocable au survivant d'eux ce acceptant par le dit survivant de tous et chacun les biens, meubles, propres, acquêts et conquêts, immeubles qui pourront appartenir au premier mourant des dits futurs époux au jour & heure de son décès, à quelques sommes que le tout puisse monter, consister et valoir, en quelques lieux qu'ils puissent être. Pour de tous les dits biens jouir, faire, user et disposer par le dit survivant, ses hoirs et ayants cause en pleine propriété, et sans aucune réserve, transportant dès à pré­sent par le dit premier mourant au dit survivant ses dits hoirs & ayants cau­se tous les droits de propriété généralement quelconques qu'il aura et pour­ra prétendre sur tous les dits biens au jour de son décès, dessaisissant & donnant pouvoir & procureur le porteur & pourvu toutefois qu'au décès du dit premier mourant il n'y ait aucun enfant vivant né ou à naître du dit futur mariage auquel cas d'enfant la présente donation sera nulle et sans effets; et s'il y avait des enfants qui viendraient à décéder avant l'âge de majorité ou d'être pourvus par mariage, en ce cas la dite donation reprendra sa force et vigueur.

  Et pour faire insinuer ces présentes ès registres des insinuations à Montréal et partout où besoin sera dans le temps prescrit par l'ordonnance, les dits futurs époux ont fait et constitue leur procureur général et spé­cial le porteur d'icelles auquel ils en ont donné le pouvoir et celui d'en requérir acte. Car ainsi & promettant & obligeant & renonçant & fait et passe au dit lieu de Vaudreuil en la maison du dit Sieur Antoine Gauthier, l'an mil sept cent quatre‑vingt‑huit, le vingt‑huitième jour de juin avant midi en présence des Sieurs Joseph LeDuc et François Lalonde du dit lieu, témoins exprès appelés qui ont signé, avec le dit Sr Antoine Gauthier, Le Sr Paul Sabourin, Sr Louis Lefebvre, les Dames Véronique Séguin, Marie‑Ama­ble Genus, et nous notaire. Les dits futurs époux et leurs autres parents et amis susnommés ayant déclaré ne savoir signer ont fait leurs marques or­dinaires après lecture faite.

  Antoinne gautire 

paul Sabourin

Louis Lefaivre

   Véronique Ladéroute 

amable génus

Joseph Le Duc     

François Lalonde

 

 J. Gabrion, nre public

  (Gabrion N° 4329, 28 juin 1788)


Owner/SourceNotaire Joseph Gabrion
Linked toFamily: HAIMOND/GAUTHIER (F14)

» Show All     «Prev «1 ... 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ... 28» Next»     » Slide Show